Uncovered FFXV : l'opération séduction de Square Enix


Le 31 mars dernier, Square Enix a organisé un événement autour de Final Fantasy XV. Intitulé "Uncovered", cet événement se déroulant à Los Angeles avait pour but de faire connaître le jeu au plus grand nombre, tout en brossant les fans dans le sens du poil à grands coups de surprises et de jolis trailers. Mission accomplie ?

Un show à l'américaine


Pour animer son show, Square Enix a choisi deux Youtubers américains : Greg Miller et Tim Gettys. Les deux hôtes ont su assurer le spectacle comme il se doit, même si le côté très gras de ce type de spectacle eut tendance à pousser à l'agacement par moments. Dès le départ, ils nous promettent du lourd : pas moins de 14 annonces sont au programme.

Globalement, le contrat est rempli (si l'on exclut l'annonce publicitaire du partenariat avec la marque automobile Audi), Square Enix ayant mis le paquet au niveau des surprises. Car outre le jeu en lui-même, l'éditeur a déclaré vouloir créer un univers étendu autour de la franchise Final Fantasy XV. En cela, un film en images de synthèse intitulé "Kingsglaive" (qui montre une nouvelle fois tout le savoir-faire du studio japonais Visual Works en la matière) et une série animée en 5 épisodes ("Brotherhood") furent également révélés.



Malgré plusieurs fuites dans le courant de la journée (telles que la date de sortie du jeu et le trailer de la démo Platinum), l'effort pour garder secrets des projets de cette importance est à saluer. Kingsglaive a été mis en chantier par Visual Works il y a 3 ans, et personne n'en soupçonnait l'existence. Le doublage anglais de ce film sera assuré par des stars américaines telles que Lena Headey et Sean Bean (jouant respectivement et Cersei Lannister et Eddard Stark dans la série Game of Thrones), ou encore Aaron Paul (Jesse Pinkman dans Breaking Bad), de quoi attiser l'intérêt du grand public.

All aboard the hype train !


Concernant les annonces relatives au jeu, il faut là encore avouer qu'ils ont fait mouche. Depuis son annonce à l'E3 2013 et encore plus depuis la sortie de la démo jouable "Episode Duscae", je fais partie des sceptiques vis-à-vis de Final Fantasy XV. Outre la technique totalement à la ramasse (l'aliasing scintille et clignote de partout, ça rame à mort même dans une plaine vide où il n'y a rien à afficher, les textures apparaissent à 1 mètre devant le personnage...), le fait que Square Enix ait retiré son bébé à Tetsuya Nomura pour le confier à Hajime Tabata a été synonyme de déception pour ma part. Plus ils montraient le jeu, et plus je le voyais comme un projet sans âme ayant perdu la vision de son créateur, fusse-t-il également fautif de la plupart des errements durant le développement de Final Fantasy Versus XIII. Le fait que Tetsuya Nomura soit également le réalisateur de la saga Kingdom Hearts a rendu sa défection d'autant plus difficile à digérer.



C'est alors qu'Uncovered entre en scène, comme le messie censé unir tout le monde derrière la bannière Tabata : joueurs occasionnels, fans de la saga, et sceptiques de la première heure. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça a marché. Suite aux différentes annonces et trailers, je peux dire que j'ai embarqué dans le train de la hype. Le jeu nous a enfin montré autre chose que sa plaine vide et moche de Duscae : des forêts, des villes, des déserts, une rivière que les personnages remontent à dos de chocobo... et même des personnages féminins forts (Luna et Aranea en tête). Le choix de la chanson thème (une reprise du classique "Stand By Me", par Florence + The Machine) est également bien trouvé ; la chanson originale est connue de tous ou presque, et les paroles collent au message porté par le jeu, à savoir l'importance de l'amitié dans les situations difficiles.

Bien entendu, derrière ces magnifiques images se cache un élément qu'il faut également prendre en compte : le splendide trailer japonais (d'une durée de plus de 4 minutes) a été réalisé à partir d'une version PC tournant très probablement sur une machine très puissante. Car n'allez pas croire qu'à l'instar de cette bande-annonce, nous pourrons bénéficier de personnages nets et sans aliasing, de décors sublimes à la profondeur de champ impressionnante, et d'un framerate aux petits oignons à 60 fps sur nos consoles de salon. Certes, il reste 6 mois à Square Enix pour peaufiner son titre et tenter de réduire la casse côté technique, mais un tel miracle est irréalisable compte tenu de la puissance des consoles PS4 et Xbox One.



Reste que malgré tout, l'attente du jeu est bel et bien là. L'envie de parcourir ce monde d'Eos si vaste, de vivre cette histoire a priori sombre, de rencontrer ces personnages hauts en couleur et d'en prendre plein les yeux en découvrant les différents environnements, avec pour fond sonore la musique de Yôko Shimomura, il y a de quoi faire rêver. Espérons que le produit final sera à la hauteur de ce que Tabata nous a promis.

Le message de Sakaguchi


Revenons un peu en arrière, soit au tout début de cet événement Uncovered. La toute première annonce était liée à l'apparition sur scène d'Hironobu Sakaguchi, le père de la saga Final Fantasy. Sakaguchi est certes indissociable de la franchise, mais sa présence sur place a soulevé quelques interrogations puisque rappelons-le, l'homme a quitté Square Enix (alors Squaresoft à l'époque) juste après le four de son film d'animation "Final Fantasy: The Spirits Within", qui fut un gouffre financier.


Sakaguchi entre donc en scène, avec un message adressé aux fans de la saga Final Fantasy :

« Final Fantasy est comme un enfant pour moi. Je l'ai regardé grandir, puis s'en aller vers un avenir rempli de possibilités infinies. Mais comme tout bon père, vous vous demandez parfois si le chemin choisi par votre enfant est le bon. N'est-ce pas ? J'ai pu discuter avec Tabata, le réalisateur, qui m'a expliqué que son objectif est de redonner à Final Fantasy sa nature de "challenger". J'ai été rassuré par ce qu'il m'a dit, car mon souvenir de Final Fantasy est celui d'une série qui cherche constamment de nouveaux défis et ne se repose jamais sur ses lauriers. Je suis très heureux d'être avec vous ici ce soir, pour voir comment Final Fantasy a redécouvert sa vraie nature. »


Ce message a quelque chose d'étrange, voire de dérangeant. Sakaguchi déclare qu'il est rassuré car Tabata lui a dit vouloir redonner ses lettres de noblesse à la saga, sous-entendu qu'elle est en perdition depuis un long moment. Du point de vue commercial, on ne peut certes pas lui donner tort : au fil des épisodes de la trilogie Final Fantasy XIII, les ventes de la série n'ont cessé de décliner.

Là où le bât blesse en revanche, c'est lorsqu'il déclare que la saga s'est reposée sur ses lauriers et a arrêté de se fixer de nouveaux défis. Cette phrase est d'une mauvaise foi absolue, que l'on peut constater en revenant quelques années en arrière. Car que l'on ait aimé ou non la trilogie Lightning, force est de constater qu'à l'époque Yoshinori Kitase et Motomu Toriyama (respectivement producteur et réalisateur de cette trilogie) ont tenté de nouvelles approches et expériences, en allant à contre-courant de la volonté des fans.



Souvenez-vous de Final Fantasy XIII et de sa fuite en avant des personnages dans des couloirs trop étroits pour la plupart des joueurs, ainsi que de son très décrié système de combat "trop facile" à base de commande "auto-attaque". Quid de Final Fantasy XIII-2 qui a pris le pari de remplacer Lightning par sa cadette Serah sur fond de musique éclectique et souvent acidulée, avec sa fin sombre accompagnée d'un terrible cliffhanger ? Enfin, qui mieux que Lightning Returns peut montrer la détermination des deux hommes à aller jusqu'au bout de leur vision, en développant un jeu aux mécaniques imparables et novatrices, mais avec un budget de 2€ (j'exagère un poil, mais le budget alloué au projet était vraiment minime) et un temps de développement ultra réduit ?

Chaque Final Fantasy correspond à la vision de ses créateurs, puisse-t-elle ne pas plaire à tout le monde. Chaque épisode a donc un parti-pris qui peut à la fois fédérer et diviser les joueurs. Par exemple, Final Fantasy X est un jeu qui se veut très cinématographique tout en étant dirigiste, tandis que Final Fantasy XII opte pour un monde ouvert et des mécaniques hybrides à la frontière du MMORPG ; il est donc évident que les aficionados de l'un aient pu ne pas apprécier l'autre. Cela a toujours fonctionné ainsi, et la trilogie Final Fantasy XIII fait partie intégrante de ce schéma.

En plus donc d'être de mauvaise foi, Sakaguchi se permet au passage de désavouer Kitase et Toriyama, comme si la trilogie et l'univers qu'ils ont créés n'avaient pas le mérite d'exister à ses yeux. Il peut très bien ne pas avoir apprécié ces jeux, mais de là à en renier l'existence au sein de la saga et à bafouer leurs créateurs publiquement afin de soulever l'importance de Final Fantasy XV et valoriser Hajime Tabata est vraiment hypocrite. Après avoir tenu ces propos discutables, espérons que le service marketing s'est montré généreux en lui proposant un dédommagement supérieur au budget de Lightning Returns !

Fabula Nova Crystallis


Avec tout ça, on en oublierait presque que la mythologie à laquelle appartenait Final Fantasy XIII et Versus XIII a été abandonnée pour Final Fantasy XV. C'est dommage, car je trouvais cette mythologie très intéressante et riche, et j'aurais aimé qu'elle perdure dans cet épisode. Mais quelque part, on peut également dire que la Fabula Nova Crystallis n'a pas réellement disparu et demeure toujours en toile de fond au sein même de Square Enix. Alors que Lightning ne semble guère en odeur de sainteté, et au regard des derniers événements, on peut cependant faire un parallèle amusant et surtout ironique de la situation.



Afin de faire oublier la déconvenue commerciale et critique de la trilogie Final Fantasy XIII, le tout-puissant fal'Cie Square Enix a créé un nouveau l'Cie, en la personne d'Hajime Tabata. Il lui a confié la lourde Tâche de sauver le navire en rassemblant un maximum de joueurs d'horizons différents autour de son projet Final Fantasy XV, afin de le vendre par millions. Si Tabata réussit à accomplir la Tâche que son fal'Cie lui a confiée, il se cristallisera sous la lumière des projecteurs et brillera d'un magnifique éclat aux yeux des joueurs et de l'industrie. S'il échoue en revanche, il se transformera en Cie'th et errera dans les différents placards de sa société en développant des jeux mobiles plus ou moins moisis et des patchs correctifs pour les jeux des autres.

La machine marketing est donc en route, et on ne peut qu'espérer que Final Fantasy XV tienne toutes ses promesses lorsqu'il sera enfin disponible, le 30 septembre prochain. En attendant, Square Enix a créé avec Uncovered un événement sans précédent dans l'industrie du jeu vidéo. Reste à voir si les joueurs et les fans embarqueront dans le train de la hype, propulsé par une locomotive ayant pour carburant des paquets de liasses de billets en lieu et place du traditionnel charbon.


Merci à LC pour la réalisation de l'illustration ci-dessus, ainsi qu'à Jérémie de FFWorld pour la traduction du message d'Hironobu Sakaguchi.

Haut de Page


Haut de Page

Retour aux articles

0 membre connecté
0 membre connecté sur KHResort