Test > Lord of Arcana

Avec Lord of Arcana, Square-Enix, firme de grande renommée particulièrement en matière de RPG, nous propose de partir à la chasse aux monstres, dans un savant mélange d’action et de jeu de rôle, qui reste néanmoins quelque peu décevant sur plusieurs points que nous évoquerons plus bas.

Il est difficile de parler de Lord of Arcana sans évoquer son concurrent direct Monster Hunter. Ce dernier ayant rencontré un impressionnant succès ces dernières années, il n’est pas rare de voir débarquer sur le marché de multiples copies plus ou moins bonnes depuis quelques temps. Qu'en est-il pour Lord of Arcana ? S’agit-il d’un simple clone ? Ou arrivera-t-il à s’imposer en tant que référence du genre ? C’est ce que nous tenterons de voir tout au long de ce test.



Premiers pas


L’aventure débute par la customisation de votre personnage. Vous devrez ainsi choisir entre différents visages et autres coupes de cheveux disponibles. Une caractéristique plutôt sympathique à première vue, qui s’avère ne pas être à la hauteur de nos espérances. Effectivement, bien qu’intéressante, la personnalisation de votre guerrier n’en reste pas moins appauvrie par le peu de choix proposés. Ce qui annonce dès le début un manque certain d’ambition de la part des développeurs, et c’est bien dommage !

Tristes graphismes


Niveau graphismes, la modélisation des personnages reste basique, le rendu des environnements n’est également pas fameux. Les décors se montrent assez pauvres, et pas toujours très beaux, à cause notamment du rendu de certaines textures parfois repoussantes. Muni d’un bestiaire, pour le moins, peu ambitieux, voir carrément décevant, Lord of Arcana perd réellement de son intérêt ... On regrette surtout le manque de personnalité et l’absence de cinématiques à la Final Fantasy, qui auraient pu donner un peu plus de charme au soft.


Gameplay mitigé


Point de vue gameplay, Lord of Arcana n’offre malheureusement pas grand chose de nouveau. On y retrouve avant tout les bases déjà existantes de son rival Monster Hunter. Ainsi, vous évoluerez dans des environnements hostiles, divisés en plusieurs zones, afin de traquer vos cibles. Là, il vous faudra combattre une flopée de monstres pour progresser, tout en récupérant divers objets en fouinant chaque recoins de la map. D’ailleurs, il est fort dommage de constater le peu de variété d’ennemis rencontrés tout au long des expéditions et le manque de liberté lors des combats, dû aux limites imposées par des barrières sur le terrain. Il aurait été préférable de ne pas « enfermer » le joueur de la sorte, afin de donner plus de sens, de profondeur et de réalisme aux affrontements.

On remarque au fil du jeu, une difficulté mal jaugée en solo qui viendra noircir un peu plus encore cette longue liste de points faibles, sans compter le système frustrant de caméra « manuelle » à placer et replacer, encore et encore... Heureusement que la possibilité de cibler ses ennemis existe, ce qui vous aidera grandement lors de vos duels, sans quoi le jeu aurait été une véritable catastrophe.


Arrivé aux termes de vos excursions, vous devrez combattre vos fameuses proies, souvent synonymes de gigantesques boss, laissant place à de longs combats épiques ! Vous devrez alors adopter une tactique de combat en vous acharnant, en priorité, sur les parties vulnérables des créatures. Pour venir à bout de vos assaillants, en plus de vos simples attaques, vous disposerez de techniques secrètes, de sortilèges, mais également de puissantes invocations, très spectaculaires. L’un des bons points qui redonne un peu de saveur aux multiples missions qui vous seront proposées.

Autre point important, Lord of Arcana visant avant tout le jeu en réseau (local), vous semblera nettement plus agréable en mode multijoueurs. Autrement, il vous faudra resté patient et faire un maximum de « level-up » avant de pouvoir vous attaquer à la difficulté démesurée de certains boss. Reste l’IA quasi-inexistante des adversaires, autre grosse déception, omniprésente lors des duels. En effet, ces derniers se montrent peu réactifs au combat et laissent paraitre un bien maigre panel d’actions offensives.


Scenario et bande son


Côté scénario, le jeu vous propose de partir chasser de vilaines créatures plus dangereuses les unes que les autres, dans la peau d’un guerrier amnésique, rien de bien passionnant. A l’image des missions qui s’enchainent sans grand intérêt ... Concernant la bande son, réalisée par Nobuo Uematsu et Hitoshi Sakimoto , elle reste globalement honnête et retranscrit plutôt bien l’ambiance générale, aussi bien lors des combats, que des phases d’exploration.


Conclusion


Malgré tout, LoA n’en reste pas moins un jeu intéressant, voir même jouissif, et apporte quelques bonnes surprises comme le système des techniques à assimiler en fonction de votre expérience, la possibilité d’invoquer de puissantes créatures, et la capacité d’achever vos adversaires d’un coup de grâce. Les affrontements, bien que basiques, restent raisonnables, parfois même nerveux, et sont agrémentés de quelques séquences QTE, qui laissent place à de belles attaques, brutales et sanglantes. Vos combos, quand à eux, changeront selon les armes que vous utiliserez, et il vous sera également possible de vous améliorer progressivement dans toutes les catégories d’armes proposées. Tout ceci fourni finalement un ensemble de bonnes idées non négligeables, mais n’efface en rien les importantes lacunes citées plus haut. De nombreuses missions vous y seront proposées, ainsi que de nombreux boss, pour une durée de vie plutôt correcte, enfin, pour ceux qui y trouveront un quelconque intérêt, sans trop se lasser.

Au final, avec un peu plus d’implication de la part des développeurs, le jeu aurait pu détrôner Monster Hunter de sa place de leader. Dommage donc que le manque d’ambition se fasse autant ressentir dans ce jeu pour le moins décevant.


Haut de Page

Retour aux articles

0 membre connecté
0 membre connecté sur KHResort