Test > Tron Evolution



Tron est un film sorti en 1982 produit par Walt Disney. Il mettait en scène Kevin Flynn, un programmeur de génie, licencié et trahi par l'un de ses collègues, qui vola les majeurs créations et programmes de Flynn pour en tirer les bénéfices. C'est ainsi que Flynn pénétra le système informatique, "le damier", pour chercher les preuves nécessaires contre son collègue. La suite sortit en 2010 sous le nom de "Tron : L'héritage". Le jeu Tron Evolution est le prologue du second volet, sorti le 3 février 2011 sur tous les supports, réalisé par Propaganda Games et édité par Disney. Il s'agit tout simplement d'un jeu Plate-Forme/Action. Ce test sera basé sur les versions PS3/Xbox 360.


Le dernier jeu de Propaganda Games


Et oui triste fin pour un studio de qualité, fondé en Avril 2005 à Vancouver par la société Buena Vista Games et fait partie du studio Disney Interactive Studios. Ils créèrent en 2008 le jeu Turok qui fut un échec pour beaucoup. Il commencèrent par la suite le jeu Pirate des Caraïbes : L'armée des damnées, qui aurait pu être un excellent jeu si il ne fut pas annulé par Disney en 2010. Finalement nous y voila avec le dernier projet de ce studio : Tron Evolution. Le studio a fermé le 19 janvier 2011, voyons avec ce test si leur dernier jeu s'est montré à la hauteur avant leur départ.


Retour sur le Damier


Comme déjà évoqué, le jeu se situe directement avant le second volet. Quelques années sont passés depuis les premières aventures de Flynn et Clu (son programme crée à son image pour le défendre et le représenter sur le damier) . Une nouvelle forme de programme a été découverte sur le damier, les "Isos", des êtres dotés d'une intelligence et volonté propres, totalement différentes de celles des programmes d'origines. Le jeu commence alors que la nouvelle Co-Administratrice doit être élue à Tronopolice, il s'agit de Radia : Chef de Isos. Vous contrôlez Anon (Anonyme, nuance...) envoyé par Flynn pour prendre part à la cérémonie en compagnie de Tron. En chemin vous rencontrez Quorra, ou du moins vous l'apercevez, elle essaye d'obtenir un entretien avec Radia mais sans succès. Vous la suivez donc jusqu'à qu'un évènement imprévu vienne perturber la cérémonie. En effet, une attaque de Virus commença, et un Virus du nom d'Abraxas se montra. Celui-ci est bien plus développé que le reste. Suite à une bataille acharné contre Abraxas, il s'enfuit, laissant derrière lui un seul morceau de son disque. Clu reproche à Flynn l'existence des Isos, et qu'ils sont à l'origine même des Virus. Vous êtes ensuite chargés de poursuivre Abraxas, et de l'arrêter, mais bien d'autres choses se dresseront sur votre route...


Un monde tout bleu


Ce n'est plus un secret pour personne, l'univers de Tron se situe dans un monde informatique, donc n'attendez pas de voir de jolies plaines avec un magnifique ciel ensoleillé. La palette de couleurs est donc assez restreinte, mais on ne peut pas en vouloir aux développeurs. C'est ainsi que on se retrouve dans Tronopolice, une ville "néon" où les grattes ciels dominent et les seuls couleurs que vous verrez durant la majeur partie du jeu seront Bleu et Noir, attention à l'overdose.
Bien sûr les environnements changeront, bien qu'ils ne soient pas innovateurs et se ressemblent trop, vous aurez plus l'impression de tourner en rond autour d'un même niveau plutôt que d'avancer, ce qui est assez dommage. En ce qui concerne la qualité de ces graphismes, elle est correcte : le jeu reste assez fluide, les animations lors des cut-scènes sont véritablement réussies, et on cernes très bien l'aspect futuriste/informatique du jeu.


Il court, il saute et il frappe !


Passons maintenant au gameplay. Votre personnage est visible à la 3ème personne, et le gameplay se rapproche fortement d'un Prince of Persia ou d'un Assassin's Creed en termes de mouvements. Vous aurez donc un bouton pour courir, un pour sauter, et un pour attaquer, rien de plus compliqué ! Votre objectif le long des niveaux est surtout de poursuivre ou fuir, donc le tout se fera assez rapidement au travers des nombreux obstacles et escalades qui vous attendent. Normalement le tout se prend facilement en main, votre personnage répond très bien aux commandes et est très habile, ce qui facilite les divers actions acrobatiques lors des niveaux. La caméra viendra parfois poser problème malheureusement.

La plupart de vos ennemis seront des Virus, ou alors d'autres programmes qui essaieront de vous barrer la route. Les ennemis se ressemblent mortellement, à tel point que l'on a l'impression de tuer un virus pour qu'il réapparaisse la seconde après. Les combats sont donc assez répétitifs, presque à dire ennuyeux, ils viendront juste casser votre route.
Votre personnage combat à coup de disque, qu'il peut envoyer comme un boomerang ou alors s'en servir au corps à corps. Vous pouvez attaquer avec le bouton "Carré" pour lancer le disque, "Rond" pour frapper au corps à corps et "Triangle" pour une attaque puissante. Bien sûr vous pouvez varier les combos pour obtenir différents coups qui sont visibles depuis le menu. Côté combos justement, on regrettera ce faible nombre de coups ou animations qui rendront les combats encore plus assoupissants qu'autre chose. Il y a un total de 4 disques à débloquer : Le disque lourd (puissant mais cadence lente), Le disque explosif (dégats de zone), Le disque intermittent (inflige lenteur) et Le disque de corruption (inflige un poison). Chaque disque dispose d'un effet propre et de 3 attaques puissantes et peut être équipé directement grâce aux croix directionelles. Les attaques puissantes sont soit des attaques de zones déclenchant une onde de choc autour de vous ou soit une attaque visant un ennemi particulier. Chaque attaque puissante dépense de l'énérgie, qui est récupérable avec le temps ou alors en sautant sur des dispositifs pour regénérer celle ci, il en va de même pour la santé qui peut être regénéré facilement grâce à des dispositifs placés sur les murs.


En ce qui concerne la difficulté, elle peut être très variable en fonction de la situation. La seule difficulté ici étant principalement les combats, car les phases de plate-formes ne vous poseront aucun problème. Les ennemis se montreront souvent trop simples comme d'autres peuvent se montrer presque invincibles et ce quelque soit le mode de difficulté choisi qui s'élève au nombre de 4. Alors vous tomberez parfois sur une vague d'ennemi interminable, ou alors un ennemi qui vous posera de gros problème, et d'autres qui ne seront là que pour faire joli.

Après les phases de plate-formes le jeu vous proposera aussi des phases véhicules, ici nous retrouverons donc le Lumitank et le LumiCycle si réputé. Les phases en LumiCycle sont brèves mais très jouissives, vous prenez le contrôle d'une moto très stylé pour braver les autoroutes de Tronopolices en une phase de course. Les commandes restent simples, vous pouvez accélérer, freiner, ou lancer votre disque sur les ennemis aux alentours, et bien sûr vous déplacer à gauche ou à droite, avec une maniabilité qui vous facilitera la vie. Le Lumitank quand à lui est plus une phase de shoot : vous prenez le controle d'un Tank pour franchir les obstacles tout en fusillant à l'aide de son canon tout ce qui aura l'audace de se dresser contre vous. Ces phases en LumiTank ne vous poseront pas de problèmes majeurs, cependant elles lassent très vite sachant que la vitesse du LumiTank est peu élevé et que beaucoup trop d'ennemis viendront vous attaquer.


Toute ces phases seront accompagnés de quelques musiques discretes, voir trop discretes, et bien peu nombreuses. Il y a une musique signé Daft Punk comme promis, et très connue d'ailleurs, par contre elle est assez mal placé dans le sens où elle ne s'adapte pas à l'action à laquelle elle est attachée (phase de lumicycle) et c'est vraiment un gachis.


Et ce n'est que le début...


Attention cette partie peut contenir des spoilers importants vis-à-vis de l'histoire, pour ceux qui souhaitent découvrir le jeu par eux même ne lisez pas cette partie.

Le jeu se situe donc entre le premier volet de la série et le second sortie cette année au cinéma. Kévin Flynn découvre l'existence des "Isos" et décide d'en parler dans son journal. Aujourd'hui est un grand jour pour le système car Radia, chef des isos, doit être élue en tant que Co-Administratrice du système. C'est ainsi que Anon est né, crée pour assister et surveiller la cérémonie à l'aide de Tron. Vous y rencontrez donc Quorra, une fille pressé de voir Radia mais se voit refuser l'accès, une fille assez spéciale qui viendra vous aider au fil de l'aventure pour contrer la menace. Lors de la cérémonie, Abraxas, un virus évolué fait son apparition pour tenter de tout détruire, mais est stoppé par vous même. Vous vous voyez dans l'obligation de le poursuivre, mais les virus ne seront pas votre problème loin de là. Clu, le représentant de Flynn sur le damier et Administrateur du système, ne peut supporter l'existence des isos et les voit comme des parasites. C'est ainsi qu'il déclencha une attaque sur la ville des Isos pour tous les détruire jusqu'au dernier et bien sûr vous êtes l'une de ses cibles sachant que votre second but sera d'avertir Radia de tout ça. Oui ça à l'air fascinant n'est ce pas ? Et bien sachez que vous bouclez tout ça en 5 heures pas plus voir moins, le tout réparti en 9 chapitres. Le scénario peut être donc très avantageux pour ceux qui comptent voir le film, mais n'est pas plus qu'un simple prologue court et raide. Vous pouvez evidemment rallonger le tout en essayant d'avoir le trophée Platine ou tout les Succès, ou encore récolter les divers fichiers Tron dispersés dans les niveaux pour lever le mystère sur la série.



Et c'est encore plus fun à plusieurs !


Et oui, il y a un mode Multijoueurs en ligne, quelle joie ! En effet si ce mode n'était pas là pour compenser le faible contenu du Solo le jeu se serait écrasé au mur des échecs cuisants.
Le mode Multijoueurs vous propose des parties très classiques de Deathmatch solo ou en équipe, Capture de drapeau ou de Territoires. Vous disposez de quelques maps, sachant que d'autres sont disponibles en DLC. Une fois votre partie trouvé, c'est parti pour quelques heures de funs et de délire sur le damier. Vous pouvez comme en solo : Attaquer vos ennemis et utiliser la plupart des obstacles à votre disposition pour gagner. Certaines maps sont immenses, et c'est fait exprès car vous pouvez utiliser votre LumiCycle à tout moment pour foncer à toute vitesse sur vos ennemis, et l'objectif est très simple : votre LumiCycle crée derrière lui un mur de lumière qui s'effacera après un moment mais le but est de piéger votre adversaire pour qu'il se retrouve en collision avec ce mur qu'il se fasse détruire. Vous pouvez aussi tourner à 90° et utiliser des attaques puissantes qui varient en fonction du disque équipé. Vous retrouverez sur certaines maps le LumiTank, pas besoin d'expliquer son fonctionnement ici.


En ligne tout comme en solo vous possédez un "Rang" ou plutôt un Level. Il peut aller jusqu'à 50 et permet de débloquer à chaque montée des points de "Mémoire". Ces points vous permettent via des bornes de sauvegarde en solo d'optimiser votre personnage de divers manières. Vous pouvez lui acheter des améliorations pour vos disques, ou alors des améliorations de statistiques, acheter un LumiCycle plus performant ou encore des stimulants qui vous attribueront divers effets permanents au combat.

Et une fois ceci fait... vous avez fait le tour du jeu.


Conclusion

Tron Evolution est un bon jeu, mais il déçoit énormément par son aventure trop courte et répétitive, mais qui laissera quand même pour certains un bon gout, ainsi qu'un bon départ pour le film, et réussi à se rattraper grâce à son multi fun et ses phases de plateformes très sympathiques mais qui ne vous occuperont pas longtemps. Tout en espérant que son prix baisse pour que tout le monde puisse en profiter.



Haut de Page

Retour aux articles

0 membre connecté
0 membre connecté sur KHResort