Premières impressions : Epic Mickey
/

A moins d’un mois de sa sortie officielle dans notre pays, Epic Mickey se laisse déjà approcher et tester au Paris Games Week 2010, où il est exposé en tant que démonstration. Au niveau du stand de Disney, tout près de la zone dédiée à Tron Evolution, plusieurs consoles Wii proposent le premier niveau du jeu, constituant tout simplement le didacticiel de Epic Mickey et permettant une prise en main rapide du gameplay.
Si seul un niveau est disponible (ce qui constitue environ trente minutes de jeu), cette démo nous laisse tout de même suffisamment de matière pour nous donner une première impression de l’ensemble. Et s’il est grisant d’incarner la célèbre souris dans un jeu aussi prometteur, certains aspects obscurcissent toutefois le tableau, aussi bien littéralement que métaphoriquement.



Un côté sombre bien prononcé

Si les graphismes sont très réussis pour un jeu largement inspiré de l’univers et du style Disney, ils n’en restent pas moins polygonaux, ce que l’on sent particulièrement lors des interpolations de forme, par exemple lorsque Mickey détruit ou restaure des éléments de décor avec le diluant ou la peinture. Mais bien sûr, on ne fait que pinailler en pointant du doigt de tels détails quand la charte graphique de la démo est tout à fait convenable pour un jeu sur la Wii.

/ /

Un point potentiellement plus problématique correspond à la noirceur de l’atmosphère, noirceur qui est pourtant apparue comme un grand atout de l’opus. Car en effet, le premier niveau du jeu, qui se déroule dans la cave d’un château réaménagée en laboratoire d’expériences, possède une atmosphère très pesante, de par les jeux de lumière et le thème médiéval du décor. Ajoutez à cela le fait que Mickey occupe une toute petite surface sur l’écran, et vous aurez l’impression d’être écrasé par l’environnement.


Une caméra capricieuse

Parmi les défauts de cette démo, on peut citer également le manque de maniabilité de la caméra. En effet, celle-ci est contrôlable uniquement grâce à un pavé directionnel (c’est alors un contrôle manuel difficile à manier) et au bouton C (une double pression sur cette touche permettant de recentrer la caméra derrière Mickey). Quand on voit les difficultés liées au contrôle de la caméra dans une si courte démo, on ne peut que se demander quelle en sera l’influence sur les niveaux les plus avancés du jeu.

/ /

Il faudra donc être habile pour viser les ennemis avec la Wiimote tout en esquivant leurs attaques et en contrôlant la caméra. Les deux armes à la disposition de Mickey, la peinture et le diluant, laissent déjà présager du choix que le joueur aura à faire, tout au long de sa partie, entre l’égoïsme et l’altruisme.
Ainsi, si le diluant permet purement et simplement d’éliminer les ennemis, la peinture, au contraire, les transforme en alliés susceptibles de vous aider partiellement pendant les combats à proximité (sans que l’on ne sache si cette assistance sera d’une plus grande utilité ou non). Les interactions avec le décor sont par ailleurs intéressantes, puisqu’il faudra souvent jongler entre ces deux outils afin de détruire des obstacles ou construire des passages.

En conclusion

Cette démo aura donc eu le mérite de nous donner un avant-goût prometteur du jeu complet. Toutefois, si retrouver notre souris préférée dans une aventure plus sombre est réjouissant, cette noirceur pourrait se retourner contre Epic Mickey sans davantage de ce côté Disney auquel nous sommes tant habitués. Heureusement, ce premier niveau présente remarquablement bien l’histoire grâce à une magnifique vidéo d’introduction (diffusée depuis déjà plusieurs semaines) ainsi qu’une progression scénaristique efficace. Le manque de jouabilité dans cette démo, due principalement à une caméra capricieuse, reste néanmoins regrettable. Cela ne fait pas moins de Epic Mickey un jeu tout à fait plaisant, qui saura sans aucun doute ravir tout un chacun.


Par Noxat, à partir de la démo présentée au Paris Games Week 2010.

Haut de Page

Retour aux articles

0 membre connecté
0 membre connecté sur KHResort