Test > Kane et Lynch 2 : Dog Days
logo de Kane et Lynch 2 : Dog Days

Sorti il y a maintenant trois ans, Kane et Lynch : Dead Men promettait beaucoup notamment grâce à son ambiance empruntée aux films de Michael Mann et à son duo de tueurs loufoques. Néanmoins, son gameplay décevant et son IA au raz des pâquerettes en firent l’une des plus grandes déceptions de l’année 2007. Malgré cela, IO Interactive a décidé de renouveler l’expérience en faisant un nouveau titre autour du duo de tueurs sanguinaire. Autant dire que Kane et Lynch 2 : Dog Days a fort faire pour gagner le cœur des joueurs qui ont encore le goût amer laissé par le premier épisode. Alors, révélation ou nouvelle déception ?


Il était une fois en chine…


Ce nouvel opus nous propulse dans la vie de Lynch. L’ancien psychopathe mène à présent tranquillement sa barque dans la cité de Shangai en compagnie de sa bien-aimée. S’il est définitivement plus calme qu’avant, il gagne tout de même sa vie en enchainement des petits boulots de loubard. La perspective d'un coup plus conséquent va alors le pousser à rappeler Kane, son ancien compagnon de fortune, en renfort. Après de brèves retrouvailles, le duo de flingueurs se lance à la poursuite d’une petite frappe afin faire ‘passer un message’ et tuent par inadvertance sa copine qui, par malchance, se trouve être la fille de l’un des mafieux les plus influent de Chine. Ils se retrouvent alors livrés à eux-mêmes dans les bas-fonds de la mégalopole chinoise et doivent lutter pour leur survie à travers 11 chapitres tous plus sanglants les uns que les autres.


Une jouabilité nerveuse et simpliste


Ce scénario farfelu sert donc de toile de fond à un Third Person Shooter déjanté à la jouabilité nerveuse. Et c’est bien là le mot d’ordre du titre : nervosité. Exit donc l’aspect tactique un peu bancal du premier opus au profit de l’action pur et dur. Le joueur devra donc se défaire de hordes d’ennemis qui sont à ses trousses et pour se faire, il disposera d’un arsenal bien musclé allant du simple pistolet automatique à la mitrailleuse lourde. Malheureusement, l’IA n’est toujours pas fameuse et on peut parfois avoir l’impression de tirer sur des cibles de fêtes foraine.

Kane et Lynch 2 : Dog Days Kane et Lynch 2 : Dog Days

Le gameplay est quant à lui très bien pensé. Les déplacements se font en toute fluidité et il est bien évidement possible de se couvrir derrière un mur ou de s’accroupir afin d’échapper aux rafales ennemis. La visée est agréable et très précise, mais on regrettera tout de même l’impossibilité de pouvoir regarder dans la mire de l’arme utilisée, ce qui peut rendre certaines phases de jeux un peu laborieuses, surtout quand on tire de loin.
Néanmoins, cette particularité renforce le sentiment d’interpréter une troisième personne dans le jeu. En effet, même si l’on incarne Lynch pendant une grande partie de l’aventure, on a constamment l’impression de jouer un caméraman qui film à l’épaule les péripéties de nos deux héros et cela est encore plus flagrant lors des courses ou des cinématiques.


La saleté au service du bien


Pour accentuer encore plus cet effet, les développeurs ont eu l’idée pour le moins original de fournir un aspect graphique volontairement sale. Les couleurs bavent et les images contiennent énormément de bruit et de gros pixels, ce qui donne au titre une identité graphique vraiment unique. Malheureusement, pour ce qui est de la qualité graphique à proprement dite, Kane et Lynch 2 ne tient pas vraiment la comparaison avec ses concurrents. Les personnages sont aussi brillants que de la porcelaine et leurs muscles flottent comme de la gelée.

Kane et Lynch 2 : Dog Days Kane et Lynch 2 : Dog Days

L’ambiance sonore est également particulière car à part le bruit environnants et les voix des personnages on n’entend… rien ! C’est une fois de plus assez déroutant mais ça renforce un peu l’aspect cinématographique du déroulement. Les doublages français sont quant à eux parfait mais leur synchronisation laisse un peu à désirer, si bien qu’on se retrouve à avoir des personnages ventriloques qui parlent sans ouvrir la bouche.


Le crime, c’est mieux à plusieurs


Néanmoins, le mode histoire si court soit il (comptez 5 heures grand maximum pour le finir en normal) offre quand même pas mal de scènes mémorables, surtout durant les derniers chapitres. De plus, pour prolonger la durée de vie, le jeu dispose également de plusieurs modes multi-joueurs assez intéressants sur le papier. Tout d’abord il est possible de parcourir l’intégralité du mode histoire en coopération local ou en ligne, et si la première possibilité est assez ingérable à cause de l’écran splitté, la seconde est en revanche nettement plus agréable.
Le titre possède également trois modes multi-joueurs en ligne que je qualifierai d’un peu plus classique même si, techniquement, il n’en est rien. Le premier, nommé Fragile Alliance et tiré du précédent volet de la série, met le joueur dans la peau d’un braqueur de banque qui doit ramasser le butin et aura ensuite deux alternative : s’enfuir avec son équipe ou la trahir afin d’augmenter son butin. Bien sûr, le traitre deviendra la cible des autres braqueurs et il sera plus difficile pour lui de s’en sortir. De plus, si vous êtes tué par un traitre, vous avez la possibilité de revenir jouer un policier afin de vous venger. Sachez aussi que ce mode de jeu est jouable en solo via le mode Arcade dans lequel les autres braqueurs sont dirigés par l’ordinateur.

Kane et Lynch 2 : Dog Days Kane et Lynch 2 : Dog Days

Ensuite, le second mode multi-joueurs, baptisé Flic Infiltré, reprend les mêmes bases que Fragile Alliance, à ceci près que ça se joue dans le camp des représentants de la loi et que le traitre sera désigné d’office, même si lui seul le saura. Enfin, le dernier mode n’est ni plus ni moins qu’un Team Death Match à la sauce Kane et Lynch. Si ces modes de jeux sont très intéressants, leurs plus gros défauts restent qu’ils laissent les joueurs fixer leurs propres règles et on se retrouve pas mal de fois confronté à des joueurs qui font n’importe quoi. C’est vraiment dommage car ça gâche un peu le plaisir de jouer.


Conclusion


Kane et Lynch 2 : Dog Days n’est pas exempt de défauts, sa réalisation n’est pas ce qu’on a vu de mieux, la durée de vie en solo est très courte et le gameplay, bien que très correct, reste malheureusement très limité. Mais malgré tout ce que l’on peut en dire, le jeu possède une identité unique et une ambiance très originale qui plaira sans doute aux amateurs de films de Michael Mann. Mais cette originalité est à double tranchant car si le joueur n’accroche pas, il ne verra que ses défauts et par conséquent, il le détestera et, franchement, je trouve ça dommage car il ne le mérite pas.



Haut de Page

Retour aux articles

0 membre connecté
0 membre connecté sur KHResort